FRC

Article: Maquillage pour enfants

Chimique, la palette chinoise!

27.1.2015, Sophie Reymondin / Shutterstock / Africa Studio

Sous leurs airs ludiques, les fards et les gloss vendus au rayon des jouets cachent des substances douteuses. A bannir.

A les voir dans leurs emballages colorés, trônant entre les peluches et les poupées, personne n’irait imaginer que les maquillages pour enfants sont de véritables petites bombes chimiques. En effet, leur présence au rayon des jouets laisse penser que ces fards, vernis et gloss sont spécialement adaptés aux jeunes épidermes et donc exempts des substances les plus décriées en cosmétologie. Les étiquettes des quelques produits glanés avant Noël dans la grande distribution (photo ci-dessous) révèlent tout le contraire! Il suffit en effet de consulter la liste des ingrédients pour découvrir un cocktail détonnant, composé entre autres de parabènes, d’allergènes et de nanoparticules.

Principe de l’autocontrôle

Ce constat est d’autant plus surprenant que les fabricants de cosmétiques pour adultes tendent à retirer de leurs recettes les composants les plus indésirables. Le «sans parabène» est carrément devenu un argument de marketing pour les grandes marques. Mais sur les emballages «racoleurs» de notre sélection, aucune griffe réputée n’est visible. Il s’agit plutôt de marques de jouets (Disney, Hasbro, etc.). Et pour connaître le lieu de fabrication, il faut retourner la boîte dans tous les sens avant de découvrir l’estampille made in China, qu’ils portent sans exception.

Dans quelle mesure peut-on se fier à ces préparations? La question est pertinente, vu que ce genre d’article est commercialisé sur la base du principe de l’autocontrôle. «Selon l’article 23 de la Loi fédérale sur les denrées alimentaires, le fabricant, l’importateur ou le revendeur doit s’assurer que ses produits cosmétiques satisfont aux exigences légales», indique Eva van Beek, porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. C’est-à-dire qu’ils doivent notamment respecter l’Ordonnance sur les cosmétiques, par exemple l’exigence d’étiquetage de l’art. 3 OCos.

006-001-Maquillage_04

Plein de substances douteuses dans notre échantillon de maquillages pour enfants. Photo Jean-Luc Barmaverain

Or, sur les six articles décryptés, il y en a justement un, le Lip gloss Littlest PetShop, de Hasbro, dont la composition reste introuvable. Nous l’avons donc envoyé au Service de la consommation du Canton de Vaud. «Si le produit ne répond pas aux exigences requises, on le fera retirer du marché en attendant un étiquetage conforme», souligne Sabine Nerlich-Pradervand, adjointe du chimiste cantonal.

Quant aux autres, ils contiennent tous au moins un composant peu recommandable, notamment du propylparabène, un perturbateur endocrinien interdit dans les lingettes pour bébés. Ou d’autres conservateurs, comme le phénoxyéthanol, des allergènes, voire des nanoparticules. Un test réalisé en 2011 par la FRC avait par ailleurs démontré la présence de métaux lourds, tels le plomb, le chrome, le cobalt et le nickel, dans certains maquillages de carnaval destinés aux petits, ce qui n’est guère rassurant. Au final, au vu des compositions affichées, l’utilisation de ces produits devrait donc rester une exception.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre