FRC

Article: Santé

Aliments détox: juste un effet de mode

2.2.2016, Aurélie Coulon – planetesante.ch / shutterstock.com

Lendemains de fête ou nettoyage de printemps, le corps mérite-t-il aussi qu’on y fasse le ménage?

Magazines et sites internet vantent les mérites des cures détox, censées purifier l’organisme. Jus de fruits et légumes à consommer plusieurs jours durant rééquilibreraient le système digestif. D’autres, sur plusieurs semaines, bannissent certains aliments (café, thé, lait, sucres), les remplaçant par d’autres (fruits, légumes, graines). Mais derrière la stratégie commerciale, les cures détox purifient-elles vraiment l’organisme?

Le foie, ce grand nettoyeur

Le corps possède une machinerie extrêmement efficace pour se débarrasser des toxines, qui repose sur un organe-clé: le foie. Ses cellules rendent les toxines solubles pour les éliminer avec l’urine, où finissent la plupart des déchets. L’excédent de cholestérol est, lui, converti en acides biliaires, éliminés dans les fèces.

Si le foie et les reins fonctionnent correctement, ils remplissent leur tâche de détoxification. Quand le corps ne bouge pas, le foie est l’organe qui travaille le plus: il consomme près de 30% de notre énergie (contre 20% pour le cerveau). Mais en cas d’insuffisance hépatique ou de surcharge en toxines, des effets délétères peuvent s’observer (cirrhose, causée par une consommation excessive d’alcool par exemple).

La capacité de travail du foie varie d’un individu à l’autre. «Elle dépend de l’âge, du poids et de l’origine ethnique, commente Pierre Maechler, professeur en physiologie cellulaire et métabolisme à l’Université de Genève. Le foie peut aussi s’adapter à l’élimination de nouveaux composés, comme les médicaments, et se régénérer.»

Thé vert, citron, plantes diurétiques, etc., que faut-il en penser? Si certains aliments peuvent avoir des propriétés diurétiques, ils n’ont pas de pouvoir détoxifiant. Or, «ce n’est pas nécessaire de forcer la diurèse en ingérant ces plantes ou en buvant plus d’eau, commente Pierre Maechler. Ecouter sa soif ou contrôler la couleur de l’urine (ni trop claire ni trop foncée) sont les meilleurs moyens de réguler sa balance hydrique.»

Eviter de stresser le corps

Par ailleurs, une cure qui modifie drastiquement l’alimentation n’aide pas le foie, au contraire. «Le changement induit crée un stress qui modifie la machinerie de détoxification et oblige le foie à s’adapter et travailler plus», explique le professeur. Le meilleur moyen de décharger son foie est d’avoir une alimentation équilibrée en lipides, glucides complexes et protéines, et diversifiée, c’est-à-dire avec plusieurs sources pour chacun de ces éléments. «Certaines cures proposent de ne consommer qu’un ou deux types d’aliments. Cela va à l’encontre de ces principes», ajoute-t-il. Bannir des denrées n’aide pas le foie à mieux fonctionner, d’autant plus que celuici remplit mieux sa tâche quand on lui fournit l’ensemble des nutriments dont le corps a besoin chaque jour.

Certaines cures à base de jus de fruits peuvent même avoir des effets secondaires de type hypoglycémie, car elles diminuent sévèrement l’apport calorique. «Le stress engendré est comparable à celui d’un effort physique aussi intense qu’un marathon. L’organisme s’appauvrit en sucres, notamment le cerveau, qui en est un gros consommateur.» Le foie contient, quant à lui, des réserves de sucres pour 10 à 15 heures de jeûne. Au-delà, il en fabrique à partir des protéines, ce qui entraîne une fonte musculaire et la production d’urée.

Le besoin de «se nettoyer le corps» répond donc moins à un besoin physiologique qu’à un besoin psychologique. Comme celui qui nous pousse à vider le grenier des vieilleries dès l’arrivée des beaux jours.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre