Article : Voyage

Globe-trotteuse en solo

7.7.2022, Sandra Imsand / La nouvelle Zélande, comme la SUisse d'ailleurs, fait partie des destinations prisées pour voyager seule. Shutterstock

Partir seule est une des grandes tendances du moment et les offres touristiques suivent en conséquence. Entre révélation personnelle et désillusion, les expériences sont variées.



Partir seule, c’est s’ouvrir aux autres, multiplier les rencontres, s’accorder du temps pour soi, se recentrer sur ses besoins et s’écouter. Voyager seule ne vous laissera pas indemne, vous reviendrez transformée. » C’est en ces termes que le site français Voyages Pirates introduit la section consacrée aux escapades pour femme. Les vacances qui se conjuguent au féminin singulier connaissent un grand engouement. Selon les chiffres de l’Organisation mondiale du tourisme, elles étaient 54 millions à voyager seules en 2014, puis 138 millions en 2017. Le magazine National Geographic a pour sa part estimé qu’il s’agissait de la tendance touristique phare en 2020. Quant au suisse Hotelplan, il est «convaincu qu’elle va s’accentuer dans les années à venir».

Présenté comme initiatique et libérateur, le voyage en solo est doté d’une image positive, laquelle est renforcée par la littérature et le cinéma, avec des films comme Wild ou Mange, prie, aime, où l’existence est bouleversée par cette expérience. Le périple y est présenté comme un moment charnière, une coupure méritée dans la vie.

La Vaudoise Whitney Toyloy a franchi le pas en 2020, pour ses trente ans. «J’ai eu le déclic: j’étais prête à partir seule un week-end à Lisbonne, explique Miss Suisse 2008. J’ai adoré, j’étais très contente et fière de moi.» Forte de cette expérience transformatrice, l’influenceuse vient de s’envoler pour un mois à Bali. «Avant de foncer tête baissée dans un nouveau défi professionnel, j’ai eu besoin de prendre du temps pour moi. C’est une des meilleures décisions que j’ai prises!»

La Suisse, parfaite candidate

Que ce soit pour un week-end urbain ou une destination à l’autre bout du monde, le critère prépondérant est la sécurité (69%, selon l’agence Solo Female Travelers), devant la beauté du lieu. Le cabinet New World Wealth établit chaque année une liste de pays sûrs pour ce public, en prenant en compte le pourcentage de victimes de crimes (viol, esclavage, traite de femmes, agressions, etc.). L’Islande, la Nouvelle-Zélande et le Canada figurent souvent dans le top 10. Tout comme la Suisse, «un des pays, si ce n’est LE pays le plus sûr du continent», comme l’écrit le magazine Geo. Suisse Tourisme a d’ailleurs lancé l’an dernier une initiative appelée «100% Women» pour encourager les prestataires indigènes à développer des offres pour le public féminin, en particulier dans les sports de montagne ou de plein air, et attirer son attention sur les séjours qui lui sont destinés. «Il est par ailleurs prévu que cette campagne promotionnelle spécifique se prolonge en 2023 et 2024 sur le thème du vélo et du VTT», explique Véronique Kanel, porte-parole.

Voyager seule, est-ce donc le bonheur absolu? Parfois, la désillusion est amère. Problèmes d’organisation, de déplacement, sentiment de solitude: certaines dépeignent aussi l’envers des voyages en solo et regrettent que ce genre de témoignages ne soit pas plus visible. «Pour voyager seule, il faut se sentir prête, sinon cela peut créer un inconfort, ce qui n’est pas agréable», estime Whitney Toyloy. Pour cela, rien ne vaut une bonne préparation en amont. Ce qui a le plus touché la Vaudoise, c’est de voir qu’en partageant largement son expérience personnelle, elle a motivé d’autres voyageuses à franchir le pas de partir seules à leur tour. «C’est le plus beau des cadeaux.»

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)