Dossier : Biobanque

Collecte: ADN et données médicales

15/5/2017

Demain, il sera peut-être possible d’offrir à chaque être humain des traitements ou des mesures de prévention adaptés à ses besoins spécifiques et individuels. Pour y parvenir, la collecte des données biologiques de milliers de patients sont nécessaires, afin de les stocker dans des biobanques, où elles pourront ensuite être mises à disposition des chercheurs. Mais ces données ultra sensibles doivent absolument être protégées.

Votre avis compte

Participez au sondage mis au point par la FRC, l’Interface sciences-société de l’Université de Lausanne, l’Organisation Suisse des Patients (OSP), la Fédération Suisse des Patients et la Plateforme des biobanques suisses (SBP). Ce questionnaire en ligne vous permet de faire entendre votre voix et c’est essentiel pour construire l’avenir de nos données biologiques. Les résultats de ce sondage seront ensuite publiés dans le magazine de la FRC et portés à la connaissance des divers acteurs, tant politiques, juridiques, qu’institutionnels, concernés par les biobanques.

Participer

Qu’est-ce qu’une biobanque?

Une biobanque est une entité qui collecte et conserve des échantillons biologiques (sang, tissu ou autres liquides corporels) en lien avec des données issues du dossier médical des patients à des fins de recherche. Ces recherches incluent souvent une analyse génétique. Elles peuvent avoir un but préventif – par exemple en identifiant les gènes qui sont à l’origine d’une maladie ou qui contribuent à préserver notre santé – ou thérapeutique – par exemple en développant de nouveaux médicaments ciblés sur le profil génétique des patients. En Suisse, les biobanques des hôpitaux universitaires sont coordonnées par la Swiss Biobanking Platform .

Renforcer la protection des données

Les données de santé sont ultra sensibles et il faut les protéger, les coder, voire les anonymiser en fonction des besoins. Mais qu’est-ce que l’anonymat d’un échantillon biologique d’un patient X lorsque sa signature ADN y figure forcément? La législation actuelle est encore lacunaire et ne suffit pas à garantir une protection optimale des patients et donneurs. La FRC demande donc un renfort du cadre légal en la matière et sonde l’avis des patients et citoyens.

Pas sans l'accord du patient

Mettre ses données biologiques à disposition des chercheurs fait progresser la médecine, mais il nécessite un consentement éclairé des individus. C’est d’ailleurs un prérequis obligatoire à la réalisation de toute recherche sur l’être humain, comme l’exige la Loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain.

Ce consentement implique d’être capable de discernement et d’avoir été informé correctement au préalable. Une forme de «consentement général» est actuellement en cours d’élaboration. Ce type de consentement qui est donné une seule fois, permet l’utilisation de données issues du dossier médical et d’échantillons biologiques dans le cadre de projets de recherche en cours ou qui restent encore à définir.

Mieux comprendre

Le développement des biobanques est en relation directe avec celle de la médecine ou santé personnalisée. Cette médecine aussi appelée médecine de précision, ciblée ou encore individualisée se développe grâce aux progrès technologiques réalisés dans l’analyse des gènes et dans la gestion informatisée des données. Elle vise à personnaliser les interventions médicales en se basant sur le profil génétique des patients, mais aussi en prenant en compte les autres données de santé, par exemple en lien avec l’alimentation, l’activité physique, le sommeil, ou encore l’exposition à des polluants. Rappelons également que les gènes sont transmis de génération en génération et déterminent en grande partie l’apparence des individus, leur sexe, mais aussi leur risque de développer certaines maladies.

Etapes clés

2017

Mai 2017

Ouverture du sondage sur les biobanques et la médecine personnalisée en collaboration avec l’Interface sciences-société de l’Université de Lausanne, l’Organisation Suisse des Patients (OSP), la Fédération Suisse des Patients et la Plateforme des biobanques suisses (SBP).

Mars 2017

La conseillère nationale (PS/VD) Rebecca Ruiz dépose la motion 17.3170 demandant une loi sur les biobanques.

Février 2017

Ouverture de la consultation sur le formulaire de consentement général (six semaines). Réponse de la FRC.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre