FacebookTwitterPrintMailOGM

Organismes génétiquement modifiés sous surveillance
13.01.2017

Une nouvelle victoire d’étape pour les consommateurs

13.01.2017 | Les bonnes nouvelles continuent pour les consommateurs: la Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil des Etats a suivi le Conseil national et s’est prononcée en faveur de la prolongation du moratoire sur les OGM. Il a aussi rejeté la proposition du Conseil fédéral de créer des «zones avec OGM» qui permettraient une coexistence entre les cultures. Un beau succès pour la FRC qui a précisément défendu ces deux points auprès des parlementaires (en souhaitant toutefois un moratoire illimité), mais toujours une victoire d’étape seulement car le projet doit encore être traité par le Conseil des Etats dans son ensemble.

Photo Shutterstock / hraska

Photo Shutterstock / hraska

 

Les combats

  • Un étiquetage clair pour les denrées produites avec ou sans recours à des OGM : en Suisse, les agriculteurs s’engagent volontairement – sans que la loi ne les y obligent – à ne pas nourrir leurs bêtes avec du fourrage génétiquement modifié. Ils ne peuvent en revanche pas étiqueter leur viande comme «produite sans recours à des plantes génétiquement modifiées». A l’inverse, alors que nos voisins nourrissent parfois leurs animaux avec du maïs ou du soja génétiquement modifiés, impossible de le savoir pour le consommateur puisque cela ne figure pas sur l’étiquette.
  • Une agriculture suisse sans génie génétique: La FRC est membre du Comité de l’Alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique (StopOGM). A ce titre, elle suit les développements des nouvelles techniques de manipulation génétique et lutte pour qu’elles ne soient pas autorisées avant que de sérieuses évaluations des risques aient été conduites.

 

Les grandes étapes

  • 2005 | le moratoire sur les OGM interdit l’utilisation de plantes, semences ou animaux génétiquement modifiés (GM) par l’agriculture suisse. Il n’interdit toutefois ni la recherche, ni les importations d’OGM destinés à la consommation humaine. Ces derniers doivent toutefois être d’abord autorisés par l’OSAV et mentionnés sur l’étiquette du produit. L’importation d’OGM destinés à l’alimentation animale est également autorisée, même si les éleveurs renoncent à y recourir en Suisse.
  • 2013 | un projet de coexistence entre cultures GM et non-GM est mis en consultation. Il est largement refusé, mais le Conseil fédéral ne l’annoncera qu’en décembre 2015.
  • Juillet 2016 | après l’avoir prolongé deux fois jusqu’en 2017, le Conseil fédéral annonce une nouvelle prolongation du moratoire jusqu’en 2021. Il laisse toutefois la porte ouverte à une coexistence entre cultures GM et non-GM.
  • 2016 | le débat concernant la qualification des produits issus de nouvelles techniques de manipulation génétique fait rage. Alors que les risques de sont pas évalués, les adeptes de ces nouveaux procédés tentent de les faire passer pour de simples techniques de sélection végétale.