FacebookTwitterPrintMailHuile de palme

Elle est encore partout
19.05.2016

Le Conseil fédéral fait la sourde oreille

01.07.2016 Depuis le mois de mars, la FRC et d'autres organisations demandent d'exclure l'huile de palme de l'accord de libre-échange actuellement négocié entre la Suisse et la Malaisie afin d’en limiter la présence dans l’alimentation des consommateurs. Las, le Conseil fédéral ne souhaite pas entrer en matière sur la question.

Lire l'article

Des graines de palmiers à huile. Photo Shutterstock / KYTan

Des graines de palmiers à huile. Photo Shutterstock / KYTan

Les problèmes posés par l’huile de palme

Effets sur la santé des consommateurs

L’huile de palme est particulièrement riche en acides gras saturés. Consommés en excès, ceux-ci favorisent l’apparition de maladies cardio-vasculaires. Un réel problème puisque l’huile de palme est de plus en plus souvent présente dans les produits transformés et semi-transformés des supermarchés.

Impacts sur l’environnement et les populations des pays producteurs

Le défrichage de la forêt tropicale est une conséquence très fréquente du développement des plantations de palmiers à huile. A cela s’ajoutent les violations des droits humains de la population indigène chassée de ses terres et celles des lois sur le travail dans les plantations industrielles.


Huile de palme en Suisse: étapes clés

1. Première étape : décrypter le produit et ses effets

La FRC s’assure l’appui de plusieurs nutritionnistes pour comprendre et expliquer au mieux les caractéristiques de cette matière grasse présente dans de nombreux produits et ses effets sur la santé. Une fois les problèmes connus, elle demande à ses membres de lui signaler les produits sans huile de palme et se bat pour pour que les consommateurs puissent choisir en toute connaissance de cause.

2. Deuxième étape : transparence de l’étiquetage

La victoire tombe en décembre 2013. Jusqu’au 31 décembre 2015, il est cependant encore possible de vendre des produits utilisant la mention « huile végétale » sans mentionner s’il s’agit ou non d’huile de palme. Depuis le 1er janvier 2016, une déclaration claire est obligatoire. Reste à dénoncer les manquements à un étiquetage correct, ce qui peut être fait ici.

3. Troisième étape : favoriser les produits sans huile de palme et agir pour limiter sa présence dans les produits alimentaires

La FRC agit en amont pour limiter les quantités d’huile de palme importées en Suisse, par exemple en demandant au Conseil fédéral d’exclure l’huile de palme de l’accord de libre-échange négocié avec la Malaisie, principal fournisseur de la Suisse en la matière. Elle travaille également directement avec les consommateurs qui peuvent faire part de leurs bonnes adresses d’artisans n’utilisant pas d’huile de palme dans leurs produits.