Article : Test

Quel est le meilleur papier ménage?

4.4.2017, Anne Onidi

Les dix rouleaux de notre test contiennent des substances chimiques. Rien d’inquiétant, mais autant privilégier ceux qui en recèlent le moins.



Ils nettoient, certes, mais absorbent aussi l’huile des aliments frits, emballent les en-cas et font parfois office de serviette. A force d’être polyvalents, les essuie-tout finissent indirectement dans nos estomacs. Faut-il s’en inquiéter? Pour le savoir, nous avons confié dix références de neuf marques différentes à un laboratoire qui a extrait les substances chimiques et les a analysées. Résultat: tous nos échantillons contiennent du formaldéhyde, un allergène irritant pour la peau et les muqueuses, et du DIPN (2,6-diisopropylnaphthalène, à la toxicité moins connue). Mais aucun ne recèle de PCB (famille des polychlorobiphényles). Dans un deuxième temps, le laboratoire aurait dû effectuer des tests de migration dans un corps gras, afin de savoir si ces substances peuvent s’infiltrer dans les aliments frits, par exemple. Mais les quantités chimiques étaient trop faibles pour réaliser ces analyses.

Moins, c’est mieux

Chose étonnante pour des produits qui entrent en contact avec la bouche et les aliments, aucune norme ne régit les substances chimiques dans les essuie-tout ou les serviettes en papier. Eva Van Beek, porte-parole à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), explique: «L’Ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels stipule qu’ils ne doivent pas porter atteinte à la santé humaine s’ils sont utilisés dans des conditions normales ou prévisibles.» De leur côté, les législations française et allemande fixent à 1 mg par dm2 (soit environ 1 g de papier) la quantité limite de formaldéhyde dans les serviettes. Fort heureusement, nos échantillons en contiennent en tout cas 80 fois moins, avec au maximum 12,4 mg/kg de formaldéhyde, pour le papier Plenty Original. Cette quantité est certes bien inférieure aux normes étrangères, mais elle reste tout de même 14 fois supérieure à la dose la plus faible mesurée dans le papier M-Budget (Migros). Idem pour le DIPN qui, lui, n’est pas réglementé: le papier Floralys (7,19 mg/kg) contient 120 fois plus de DIPN que le Twist Classic (0,06 mg/kg). Face à de telles différences, mieux vaut privilégier les bons élèves. Pour se préserver d’une part, pour encourager les bonnes pratiques chez les fabricants d’autre part.

Un chouchou pas tout blanc

La feuille qui se détache difficilement, ou pire, se déchire: une broutille, d’accord, mais qui occupe une bonne place dans les petites choses agaçantes du quotidien. Un groupe de dix personnes a donc éprouvé la facilité de découpage de nos échantillons. Trio gagnant de cette épreuve de choc: Prix Garantie, Plenty Original, ainsi que Qualité & Prix (tous trois commercialisés chez Coop). Nos testeurs ont également évalué la qualité des papiers de manière tout à fait subjective, sans tenir compte de leur efficacité. Là encore, Plenty Original domine, cette fois largement, suivi de Denner et Prix Garantie. Pour les deux évaluations, c’est M-Budget qui recueille le moins de voix, et de loin, avec un essuie-tout plus fin, moins moelleux et difficile à découper proprement. Plenty Original recueille l’adhésion des testeurs mais aussi d’un laboratoire mandaté par des confrères alémaniques (lire encadré). C’est le plus agréable et le plus performant, sans aucun doute. Hélas, sa composition chimique gagnerait clairement à être améliorée. En attendant, un produit comme celui de Denner allie toutes ces qualités à un prix bien plus abordable.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre