Animation FRC Valais

FRC Cosmétiques: pédaler, scanner, s’informer!

3.6.2019, Texte et photos: Jérôme Genet / Scannez comme si vous étiez au rayon cosmétiques.

Présentée pour la première fois lors d’une manifestation, la nouvelle application FRC Cosmétiques a surpris les consommateurs lors du SlowUp Valais, manifestation dédiée à la mobilité douce à Sion le 2 juin.

Neuf cosmétiques sur dix contiennent des substances indésirables. Les participants au SlowUp Valais ont pu le vérifier, au départ ou au retour de leur sortie à bicyclette, en trottinette ou avec poussette. La FRC Valais avait monté son stand sur la place de la Planta, elle y proposait de scanner le code-barres de produits de soin et d’hygiène avec un smartphone. «Nous n’avons pas exposé que de bons exemples. Il y a un éventail de ce que l’on trouve dans les commerces, et certains obtiennent de bien meilleurs résultats que d’autres», précise Jacqueline Fontannaz Richard, présidente de la FRC Valais, entourée d’une dizaine de bénévoles.  Toute la journée, l’équipe a également aidé les visiteurs à installer l’application FRC Cosmétiques, sortie en mars dernier, sur leurs appareils portables.

«Ouh là là! s’exclame spontanément une cycliste en réalisant la teneur de la composition de la crème qu’elle a sortie de son sac. C’est un tout petit tube, mais c’est impressionnant tout ce qu’il y a de mauvais dedans. Pourtant, je le paie la peau des fesses!»

Un nouvel utilisateur commente: «Scanner, c’est simple et les résultats sont vite compréhensibles». D’ailleurs, trop souvent, ces derniers ne correspondent pas aux attentes. «Je pensais que ce déodorant était naturel, avec du talc, mais il y a beaucoup trop de substances indésirables, découvre, stupéfaite, cette jeune maman. Mes enfants aussi se servent de ce déo. Je vais dorénavant utiliser l’application, mais j’ai peur de réaliser tout ce qui se cache dans les compositions qu’on a à la maison». Outre les substances à éviter, l’application met également en évidence les allergènes. «Regardez, j’ai fait une réaction sur ma cuisse après avoir appliqué une protection solaire. Je vais donc installer FRC Cosmétiques et scanner mes tubes», relate une jeune Valaisanne.

Application indépendante et gratuite

Le sujet est concernant et les discussions vont bon train sur le stand: «C’est bien de savoir, mais il faudrait que les produits notés positivement soient  efficaces!», «Les recettes maison de déodorant ou de shampoing demandent du temps pour les préparer».

«On croit que…», résume en quelques mots l’une des hôtesses, en rendant attentif les visiteurs aux publicités et slogans parfois trompeurs. Une observatrice fait remarquer qu’une même marque propose des articles avec ou sans substances nocives pour la santé. «Moi j’utilise déjà une app, mais pour mieux connaitre… les vins», s’amuse un curieux.

Une consommatrice avisée était déjà équipée d’un autre outil. Celui de la FRC, indépendant des marques et gratuit, ne nécessite ni inscription, ni compte client. Les photos envoyées par les utilisateurs permettent de compléter la base de données. De nouvelles catégories pourraient également voir le jour à l’avenir, notamment pour les substances controversées, qui ne font pas encore l’objet d’un consensus scientifique.

Petite astuce: le code-barres ne se trouve parfois que sur l’emballage. Pensez à le scanner avant de le jeter.

Le stand FRC poursuit sa route tout l’été. Suivez-le dans d’autres manifestations.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre