Genève

Onex, ville du goût 2010

26.11.2010

Chaque année, une ville Suisse est nominée “Ville du goût”, par les organisateurs de la “Semaine du goût”.

Cette année 2010 l’honneur échoit à deux villes particulièrement emblématiques, Lucerne et Onex. Lucerne, phare du tourisme suisse, au cœur du pays, représentative de la culture gastronomique de Suisse alémanique. Onex, tranche de banlieue typique de nos agglomérations, des conditions de vie de la plupart des habitants du pays.

Deux occasions de se rencontrer, deux manières de réactualiser et de se réapproprier nos liens avec une fonction humaine essentielle, l’alimentation.

Réalité biologique universelle, mais aussi enjeu culturel fort, où se croisent les usages alimentaires et les façons de produire. Et où se joue à la fois un déterminant important de notre santé et l’avenir de notre agriculture. Deux sujets à juste titre fort actuels.

Une agriculture saine pour une alimentation saine, un intérêt public majeur

Le thème de l’alimentation est à l’interface de bien des enjeux dont les collectivités peuvent se saisir, constitue une belle plateforme d’action et de sensibilisation.

Pour une collectivité, l’alimentation peut être abordée sous divers axes, eux-mêmes en interaction et exprimant autant de facettes de l’intérêt public :

  • L’intégration et l’aspect culturel : par les nourritures du monde, on s’apprécie, on fait connaissance, c’est comme la musique: convivial et positif.

  • L‘apprentissage de la responsabilité citoyenne: le rappel d’où vient notre alimentation a un aspect de prise de conscience du fonctionnement de choses souvent occultées ou négligées. Dans la réalité urbaine, les enfants croient que le lait pousse dans un berlingot, la pomme à la Coop ou à la Migros… Achète-t-on par routine chips, cacahouètes, jus d’orange et coca, participant au fast food et à l’industrialisation de l’alimentation, ou devient-on un consomma’cteur responsable, partenaire de producteurs eux aussi responsables?

  • La promotion de la santé : l’alimentation est un des déterminants majeurs de la santé, nous nous re-constituons chaque jour à travers ce que nous mangeons. Or nous mangeons trop carné, sucré, raffiné, salé, gras, salé… et l’épidémie d’obésité est très souvent corrélée avec bas revenu et faible intégration sociale. En 2004, l’OMS publie une déclaration sur santé et alimentation qui a entraîné de nombreux programmes et actions nationales. En Suisse, Balance-Suisse, entre autres, travaille à sensibiliser à la nécessité de manger davantage de fruits et de légumes.

  • La consommation énergétique : une alimentation davantage de proximité, c’est moins d’énergie grise par les transports lointains, les traitements en vue de la conservation, etc.

  • Les enjeux économiques et sociaux : maintenir des emplois dans l’agriculture et assurer des salaires acceptables ici et dans le Sud (notion de commerce équitable) est un enjeu important économique et social.

  • La protection de l’environnement : une production respectueuse de l’environnement réduit fortement les atteintes à l’environnement et à la biodiversité, et augmente la qualité des aliments pour le consommateur. Favoriser des modes de production proches de la nature souligne le lien entre la santé de la Terre et la nôtre.

Onex 2010 : un programme particulièrement novateur et fédérateur

Face à ces réalités, le message que la Ville d’Onex veut faire passer est le suivant :

La trilogie gagnante : santé-proximité-goût

  • Davantage de fruits et de légumes…

  • Sains, frais, de saison, de proximité…

  • Provenant de modes de production proches de la nature, bio si possible…

  • Illustrant la diversité (sortes anciennes, traditions locales)…

  • En provenance du commerce équitable, pour les produits du Sud mais aussi du Nord.

A travers sa désignation comme Ville du Goût 2010, Onex vise ainsi à:

  • Fédérer les diverses communautés et traditions alimentaires existant sur le territoire, de faire connaître les producteurs de proximité,

  • Ancrer le concept de saisonnalité,

  • Réapprendre les goûts et couleurs d’une diversité qui a failli disparaître,

  • Faire les bons choix en matière de santé des humains et de santé de la Terre,

  • Finalement, à s’approprier les critères d’un prix équitable dû au producteur d’ici et d’ailleurs.

Ces divers axes complémentaires font appel aux acteurs correspondants, qui pour la première fois, vont apparaître tous ensemble lors d’une même manifestation, convergeant pour les besoins de la cause : construire ensemble une nouvelle approche alimentaire.

Ainsi, de manière emblématique et tournée vers l’avenir, conforme à la devise communale “Onex ville de progrès”, se donneront rendez-vous au cœur de cette cité populaire, pour une belle aventure, les producteurs genevois et régionaux, les représentants de l’agriculture contractuelle, de l’agriculture biologique et du commerce équitable, de la promotion de la santé, de la diversité et du goût.

Max Havelaar, Uniterre, Fourchette Verte, Pro Specie Rara, Genève Région Terre Avenir, Bio Suisse, l’alimentation vivante, et bien d’autres, ils seront tous là pour apporter leur pierre à l’édifice, pour porter les trois piliers de la souveraineté alimentaire retrouvée : savoir acheter ; savoir cuisiner ; savoir produire.

Onex Ville du Goût : une dynamique en trois temps

Les activités à Onex vont se passer en 3 temps :

  • Le printemps des fruits et légumes de saison et locaux.

  • La fête des 25 et 26 septembre.

  • Puis l‘action Jardins vivants d’appartement et de balcons.

Tout cela sous l’égide de la (re)découverte, de la créativité, de la convivialité, du plaisir.

1) Entre mars et juin sont prévus en particulier les actions et animations suivantes:

  • Création d’une charte “Santé-proximité-goût” avec un bref cahier de charges.

  • Proposition de cette charte aux divers points de vente et restaurants de la commune.

  • Création d’un logo pour la campagne et de matériel de communication par exemple un set de table avec un rallye- découverte de tous les cafés-restaurants-points de vente participants.

  • Organisation de démonstrations, d’ateliers culinaires, de concours de recettes (y compris pour le personnel communal), d’événements pour la population en général ou spécifique, faire connaître les acteurs-partenaires et les critères de choix.

  • Proposition des “fruits et légumes du mois”, éventuellement avec des ateliers populaires de cuisine.

L’avenir de notre agriculture se décide dans nos banlieues !

2) La fête proprement dite verra Onex accueillir au cœur de sa cité le “Village du goût” comportant lieux de dégustation, de démonstration, de vente, et de nombreux stands d’information, bref de quoi donner aux participants la nostalgie des moments magiques passés ensemble ! Et le souhait de prolonger la rencontre, grâce aux informations échangées.

3) Puis commencera la proposition aux habitants de passer à la pratique sur leur balcon, dans leur appartement, pour y faire entrer la vie de la production alimentaire et le joie de pouvoir récolter soi-même ce qu’on aura semé !

Mon tout vise à semer des “Graines urbaines durables” ; l’événement n’est pas une fin en soi, mais une occasion de retrouver un lien avec un aspect essentiel de notre existence, notre lien à la Terre et à la production alimentaire, avec notre capacité à faire des choix, autour de l’autonomie alimentaire, première des libertés humaines.

A chacune de ces étapes – Printemps de la découverte, Fête proprement dite et Semences domestiques – on se rendra compte que manger sain, avec des critères de goût et de proximité, n’est pas forcément plus cher.

Dans une commune sise dans la banlieue populaire, c’est particulièrement important. Et on se rappellera que ne pas manger sain, par contre, finit par coûter cher… aux individus comme à la société dans son ensemble. Il en résultera de nouvelles habitudes mais aussi de nouveaux engagements pour la collectivité : le Droit à l’alimentation, premier des droits humains et première de nos libertés, c’est aussi le droit à une alimentation saine accessible pour tous !

La ville, un terroir à redécouvrir!

Cette distinction “Onex Ville du goût” n’ouvre pas seulement des perspectives novatrices qui assurément feront avancer les choses et feront acte de pionnier. Elle honore aussi un engagement soutenu et ancien.

Depuis 1991, en effet, Onex a rejoint les collectivités engagées en matière de promotion de la santé, concept dont un des éléments est l’alimentation. En 2002, Onex est devenue Cité de l’énergie, et a été certifiée en 2006. En 2004, un Agenda 21, soit un programme de développement durable, a été validé. Trois axes prioritaires y figurent: biodiversité, mobilité et … alimentation.

En fonction de ces engagements, diverses actions ont déjà été développées :

  • Sensibilisation à travers les médias locaux (présentation à la télévision locale Canal Onex de recettes faites par des habitants, par exemple).

  • Certification fourchette verte pour les cuisines scolaires, le restaurant social “le casse croûte”, et les institutions de la petite enfance.

  • Verger communal et Potager des aînés.

  • Ateliers enfants avec les écoles et liens entre enfants, aînés et personnes précarisées ; fourniture des cornets alimentaires par Tournerêve.

  • Distribution aux enfants des écoles durant 9 semaines en automne d’une pomme de production locale; distribution de chocolat équitable aux élèves participant à des manifestations sportives.

  • Journées “Mobilité et alimentation” en 2007 et semaine du goût (2008-2009), sensibilisation à la production de proximité (“Le maire au fourneau” notamment).

  • Propositions de menus SANTE ET PROXIMITE aux sociétés sportives lors de leurs manifestations ; reprise de cette formule dans les contrats de prestation.

Montrer l‘exemple

En 2006, la Ville d’Onex a adopté une directive concernant les achats alimentaires de l’administration:

  • “Dans ses réceptions et ses achats de fournitures alimentaires, l’administration vise une alimentation saine et de proximité.

  • Si des produits de provenance lointaine sont acquis, on aura recours aux produits du commerce équitable.

  • Une liste de fournisseurs recommandés pourra être établie.

  • Lors de réceptions organisées par l’administration, de tout service quel qu’il soit, la préférence sera donnée à des fruits et légumes de saison, de production respectueuse de la nature, aux produits du terroir, aux fromages et produits carnés du terroir.

  • On donnera de même la préférence au pain complet. Les produits de l’alimentation industrielle, riches en graisse et sucres cachés, seront évités (chips, etc.).

  • Les boissons sucrées industrielles seront remplacées par des jus de fruits de saison provenant de produits de proximité, de thé froid, de sirop, etc. maison (avec du sucre de canne si possible) et de l’eau, en parallèle à des boissons alcoolisées.

  • Ces dernières seront des vins et de la bière de producteurs de proximité.

  • Les repas servis sous l’égide de la Ville d’Onex par ses soins <...> respecteront au moins les exigences du Label “Fourchette verte”, et se tiendront aux règles prévues pour les réceptions.

  • Les restaurants exploités dans des locaux propriétés de la Ville d’Onex seront encouragés à respecter au moins les exigences du Label Fourchette Verte”.

Ce n’est qu’un exemple de ce qui est possible de faire.

Et ce qui a été possible de faire à Onex peut être fait partout.

Nul doute que de nombreux yeux seront rivés sur Onex ces prochains mois.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre