Vu d’ici

Lutter contre des pubs insensées

28.2.2017, Suzanne Maitre, présidente FRC Jura

Le grand public connaît l’engagement sans faille des bénévoles de la FRC Jura qui organisent depuis plus de trente ans un rendez-vous incontournable: les Bourses aux habits de Delémont, Courgenay, Bassecourt et Moutier. Cet esprit anti-gaspi a fait des petits: depuis deux ans, le succès des Repair Cafés ne se dément pas. Nombre de Jurassiens sont séduits par ces opérations qui offrent une nouvelle vie aux objets.

Cela étant, la FRC Jura a d’autres cordes à son arc, davantage dans les coulisses institutionnelles ou étatiques. Ses délégués font un travail de fond au sein de diverses commissions du Canton, représentant l’avis du consommateur et faisant valoir ses droits lorsque certains objets sont examinés. L’actualité récente a porté sur la banalisation des médicaments par la publicité, qui pousse à considérer ces derniers comme de simples produits de consommation alors qu’il s’agit de substances très particulières, liées à une maladie précise et délivrées dans des conditions encadrées. Mélanie Brulhart, pharmacienne et membre de la Commission santé de la FRC, l’explique: «Certains médicaments vendus à grand renfort de publicité présentent parfois un rapport efficacité/effets indésirables controversé. C’est notamment le cas des pastilles à sucer contre les angines virales: celles qui sont mises en avant contiennent un antibiotique et se révèlent bien plus chères que d’autres contenant simplement un anesthésiant et un désinfectant.» Notre déléguée a pour rôle d’adresser un double message de prévention: au client-patient de dialoguer avec son pharmacien pour obtenir la substance au meilleur rapport bénéfice/risque; au pharmacien d’être un acteur de santé intervenant pour le bon usage du médicament. Dans cet exemple, il en va de la lutte contre l’antibiorésistance et, plus largement, il s’agit d’endiguer l’explosion des coûts de l’automédication en demandant systématiquement un produit qui figure sur la liste de l’OFSP, qui fixe les prix au plus juste.

 

Comparaison

Des exemples frappants

Quand on ne travaille pas dans le milieu médical, il est des comparaisons difficiles à mener, sauf en interrogeant son médecin ou son pharmacien. La preuve par trois.

ANGINE | Mébucaïne est à 48 ct./comprimé, mais il favorise les résistance aux antibiotiques. A contrario, Angina coûte 12ct/comprimé

GRIPPE | NéoCitran grippe est à 1fr. 50/sachet, et il peut faire augmenter la tension artérielle. A contrario, Dafalgan revient à 16 ct./comprimé. Il peut être associé si nécessaire à un spray local contre le rhume (6 fr. 85). Cela revient au moins la moitié moins cher, voire 90% meilleur marché si on n’a pas le nez bouché.

RHUME | Triofan spray est à 10 fr. 80. A contrario Spray nasal Spirig coûte 6 fr. 85.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre