Baromètre des prix

Les prix en Suisse 100 jours après la fin du taux plancher

22.5.2015, Nadia Thiongane

Le 15 janvier dernier, dans la foulée de la décision de la BNS de lâcher le taux plancher, l'euro a perdu 20% de sa valeur. Ces gains de change ont-ils été répercutés par le commerce de détail? Bilan 100 jours après.

Pour évaluer l’effet sur les prix de la fin du taux plancher décidée par la Banque Nationale Suisse le 15 janvier dernier, l’Alliance des organisations de consommateurs a mis à jour en avril dernier ses relevés de prix effectués en 2014 sur quatre secteurs clés (magazines, alimentation, cosmétiques et vêtements).

Les distributeurs suisses ont partiellement répercuté les gains de change sur les prix finaux payés par les consommateurs. Dans le secteur des cosmétiques issus de la zone euro les prix ont baissé entre août 2014 et avril 2015 de 8.5% chez Migros, de 6.5% chez Coop et de 5.8% chez Manor. Dans l’alimentation, les baisses sont un peu plus faibles: -5.1% chez Denner, -3.7% chez Migros et -3.3% chez Coop. L’Alliance salue cette réaction.

La baisse du taux de change n’a en revanche pas eu grand effet sur les magazines. Le Tessin fait figure d’exception : les prix du panier de 39 produits analysés ont baissé de 2.8% alors que sur la même période les prix en Italie ont augmenté de 5.8%. L‘écart entre les deux pays reste malgré tout exorbitant. En Suisse alémanique, les prix ont encore augmenté de 0.4%. Il faut cependant relever que sur le marché fournisseur, l’Allemagne, ils ont augmenté de 1.3%. En Suisse romande, la hausse est de 0.7%, tout comme en France.

Les baisses de prix consenties dans les rayons cosmétiques et alimentation n’effacent pas les importantes différences avec les pays limitrophes. Les prix des cosmétiques sont 73-80% plus chers en Suisse qu’en Allemagne (Kaufland) et 28%-35% plus chers qu’en Italie et en France (Carrefour). Dans l’alimentation, l’écart avec la France et l’Allemagne est de 40%; plus faible avec l’Italie (15%). Les magazines affichent les plus importants écarts: 76% de avec l’Allemagne, 80% avec la France et 142% avec l’Italie.

Dans le prêt-à-porter, les consommateurs suisses paient aujourd’hui 46% de plus que dans les pays voisins. L’écart n’était que de 30% en octobre dernier. Compte tenu des écarts constatés, et malgré le fait que le secteur est plutôt dépendant du dollar, un effort doit être fait si on l’on entend enrayer le tourisme d’achat.

Plus d’informations :

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre