Animation FRC Vaud

Les carottes au jeu du juste prix

3.11.2017, Réd. / Râpées, congelées, en conserve, en bâtonnets, en vrac ou en barquette: le prix des carottes évolue en fonction du conditionnement. Mais en quelle proportion? DR

A Montreux, les passants ont testé leurs connaissances sur les variations de prix de cette denrée en fonction de son conditionnement.

Conditionnement des aliment, coût du (sur)emballage, affichage des prix. En voilà des thèmes chers à la FRC! Au jeu du packaging inflationniste, FRC Mieux choisir avait notamment relevé une augmentation de 1083% pour une simple salade de carottes versus la même denrée, mais achetée en vrac… L’exemple n’est pas choisi au hasard puisque la FRC Vaud a jeté son dévolu sur la carotte justement, ce légume qui se bat avec la tomate pour garder les faveurs des Suisses dans leur assiette, pour monter une animation le 27 octobre dernier. Elle était en effet invitée à participer à la campagne «Agir malin, consommer mieux» de la Commune de Montreux.

Les bénévoles de la FRC Vaud, les bras chargés de 7 kilos de carottes sous toutes leurs formes – râpées, congelées, en conserve, en bâtonnets, en vrac ou en barquette – se sont donc installées au centre commercial du Forum de Montreux. Les passants venant à leur rencontre avaient, eux, pour mission d’estimer le prix de chaque emballage qui leur était soumis.

Sans grosse surprise, la palme des bonnes réponses revient au kilo de carottes, ce conditionnement en sachet plastique étant le plus familier des consommateurs et son affichage généralement mis suffisamment en évidence au rayon primeurs. Pour les autres types d’emballage en revanche, les prix ont généralement été sous-estimés, la faute à un affichage en portion ou en trop petits caractères. Pas évident en effet de ramener le prix au détail d’une barquette de 400 g au kilo ou de faire la part entre poids net et égoutté d’une conserve. Et la tâche est rendue encore plus ardue lorsque les prix n’apparaissent plus qu’au rayon. Le client perd le fil et faire ses courses revient à une leçon de calcul! Aussi, ce petit jeu à Montreux avait-il pour but de sensibiliser le grand public à un combat que mène la FRC pour davantage de transparence sur les prix: c’est effectivement en unifiant les prix au kilo (ou au litre pour les denrées liquides) que le client est à même de véritablement comparer l’offre des aliments et de privilégier, par exemple, ceux qui lui permettent de manger à bon compte.

L’autre intérêt de la carotte lors de cette journée était d’évoquer via un produit de proximité la question de la provenance de nos aliments, et de l’importance d’une indication claire sur l’emballage. La FRC a lancé en ce début d’automne une pétition intitulée «Je veux savoir d’où vient ce que je mange», incitant producteurs et fabricants à davantage de transparence. «Sur le stand, de jeunes adultes de 17 ans m’ont fait part de leurs préoccupations à ce propos. Cela m’a beaucoup touché de voir qu’eux aussi estiment important que la mention figure sur l’emballage», a conclu Karla, bénévole depuis plusieurs années.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre