Débat public

Le juste prix pour les producteurs, les distributeurs et les consommateurs

4.10.2017, Réd. / The Meal Suisse - Genève. Débat avec Rolin Wavre, président FRC Genève. DR

Nourrir 1200 convives, c'était l'enjeu de The Meal à Genève, le 23 septembre 2017. Au propre comme au figuré. Et l'occasion pour la FRC Genève de défendre les préoccupations des consommateurs dans le cadre d'un développement que l'on souhaite durable.

The Meal est un concept à l’échelle internationale. Il s’agit de défendre une alimentation saine qui tiennent compte du respect des droits humains et de l’environnement. Comment? Notamment en réunissant simultanément un grand nombre de personnes en de nombreux lieux, et en partageant un repas afin de soutenir les paysans d’ici et d’ailleurs. A la veille d’obtenir un oui dans les urnes pour fixer la souveraineté alimentaire dans la Constitution, le thème du débat public sur la plaine de Plainpalais était tout trouvé: “Le juste prix pour les producteurs, les distributeurs et les consommateurs”. Autour de la table pour en discuter: Rolin Wavre, président de la FRC Genève, Marc Favre, président de Agrigenève, et Berthe Darras, de UniTerre, ainsi que Conrad Aeby, de Migros Genève.

De g. à d.: Berthe Darras (UniTerre), René Longet (modérateur), Marc Favre (Agrigenève), Conrad Aeby (Migros Genève) et Rolin Wavre (FRC Genève).

De g. à d.: Berthe Darras (UniTerre), René Longet (modérateur), Marc Favre (Agrigenève), Conrad Aeby (Migros Genève) et Rolin Wavre (FRC Genève).

Tous les “convives” étaient d’accord sur un point: les producteurs doivent à la fois se voir rétribués correctement pour leur travail et leurs produits. Les questions de l’assistance se sont le plus souvent tournées, elles, vers la grande distribution, accusée de mettre les producteurs sous pression. Conrad Aeby défend fermement la politique de son entreprise, notamment dans le domaine du lait où elle a adopté une politique d’achat au dessus du marché. De son côté, la FRC met toujours en avant le rôle du consommateur qui, par ses choix d’achat ou de non-achat, peut influencer les politiques des uns et des autres.

Indirectement, le monde politique est interpellé: “Ne devrait-on pas obliger les distributeurs à ne proposer que des bons produits à des bons prix ?” avance quelqu’un dans l’auditoire. Difficile de réglementer cela dans la loi dans une société où la liberté économique est la règle. Débat entre réalisme et idéalisme, entre le possible et le souhaitable. La réintégration des externalités négatives dans les prix apparait souvent en filigrane des discussions. Ne pas vivre au dépens des générations futures ou des populations moins favorisées est une préoccupation largement partagée.

Le représentant de la FRC a conclu sur la nécessaire traçabilité des produits, la sincérité des prix et la lisibilité des étiquettes. C’est ce dont le consomm’acteur a besoin pour exercer son pouvoir. Celui d’agir.

Lire aussi:

Faciliter les échanges entre producteurs et clients

Labels régionaux: la proximité, un argument qui fait vendre

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre