La réflexion de Rolin Wavre

12.3.2019

Président de la FRC Genève et membre du Comité directeur

Agir là où ça se décide

Il y a plusieurs manières de faire de la politique. Celle des appareils, et celle des idées, des principes, des droits et devoirs. Celle qui affirme le droit du citoyen à une information claire et complète pour qu’il puisse agir. Dans le cas de la FRC, notre manière d’aborder la sphère politique, c’est de nous battre pour que le consommateur ait la légitimité et les moyens d’exercer son vrai pouvoir: décider librement de ce qu’il achète, ou pas. Depuis soixante ans, un anniversaire que nous célébrons cette année, la FRC se bat dans cette arène, en particulier à Berne, car c’est principalement sur le plan fédéral, voire européen, que les décisions touchant les consommateurs sont prises. En 1967, la FRC, allant à l’encontre du Conseil fédéral qui avait décidé d’augmenter le prix du beurre, a réussi à lui faire faire machine arrière en lançant un boycott généralisé, largement suivi par la population. Il n’y a pas plus politique!

Avant l’ouverture de chaque session des Chambres, la FRC fournit des informations et des recommandations à tous les parlementaires sur les sujets intéressant le consommateur. Une vingtaine, plus engagés, sont membres d’un Intergroupe latin consommation. Cet organe, comme celui de la Surveillance des prix, la FRC en est l’initiatrice. Il y a quatre ans, plusieurs candidats actifs au sein de la FRC, au siège à Lausanne et dans les cantons de Fribourg et Genève, ont figuré sur des listes en vue des élections fédérales, sous les couleurs du PS, des Verts et du PLR, sans parvenir à être élus. J’étais l’un d’eux et je suis depuis trois ans le premier des viennent ensuite, tout en défendant la cause des consommateurs au Grand Conseil genevois.

Cette année, la FRC franchit un palier, assez naturel. Sa Secrétaire générale, Sophie Michaud Gigon, engagée dans la politique municipale lausannoise depuis plus de dix ans, est candidate à la candidature dans le canton de Vaud. Elle l’a annoncé à tous nos membres par courriel en février. S’il s’agit d’une évolution, ce n’est pourtant pas une révolution. Plus que n’importe quel organisme, la FRC veut se faire entendre là où les choses se passent. «Sillonner la salle des pas perdus ne suffit pas, il faut entrer dans l’hémicycle», disait en substance une ancienne directrice de la FRC devenue conseillère nationale en 1979. Là où on discute avec tous les partis, là où on touche les Alémaniques, là où on côtoie l’Administration fédérale. Si elle est élue, mais aussi pendant la campagne, Sophie Michaud Gigon vivra avec son appartenance à notre Fédération, avec l’indépendance d’esprit qui caractérise l’association, avec les droits et devoirs des consommateurs chevillés au corps. Qu’ils soient membres ou non, ceux dont la FRC défend les intérêts ont par définition des opinions politiques très variées, de même que les membres du Comité directeur et de l’équipe. C’est avec cette diversité que Sophie Michaud Gigon continuera de composer, et lorsque la politique des partis et celle de la défense du consommateur ne coïncident pas exactement, elle saura faire les bons choix. Mieux choisir… La boucle est bouclée.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre