Repair Café

Être réparateur, d’une génération à l’autre

26.11.2021, Texte: Laurence Remy – Photos: Samuel Troilo

Le 13 novembre 2021, la maison de Quartier Jaman 8, à Clarens, accueillait un Repair Café, organisé conjointement avec Pro Vélo Riviera et la FRC Vaud. Reportage.

Aujourd’hui, vêtements, vélos et appareils électroménagers sont à l’honneur. Trônant sur les établis, on trouve pêle-mêle des machines à café – gagnantes toutes catégories des objets le plus souvent amenés –, un grille-pain, un aspirateur. Mais aussi, oh bonheur!, deux machines à coudre vieilles de plus de septante ans.

Les objets sont souvent fabriqués en Chine. Mais Jean-Pierre le relève avec humour: ses outils aussi: utile pour réparer du «Made in China»!

Parmi les réparateurs bénévoles, il y a Jean-Pierre. Il est le doyen de l’équipe. Cela fait cinq ans qu’il s’engage dans l’activité des Repair Cafés de la FRC Vaud, il en a déjà une quinzaine à son actif. Mais chez lui, il répare tout depuis toujours. Curieux, il aime le défi – résister au temps et à l’usure, sauver des objets de la poubelle – mais il apprécie aussi tout particulièrement l’ambiance qui plane lors de ces rendez-vous et le sourire des gens, qui repartent satisfaits ou soulagés.

Ce que Jean-Pierre aime aussi particulièrement, c’est de transmettre ce qu’il sait. Et avec Florent, son comparse depuis deux ans, Christian et Sakura, tous de jeunes passionnés, la relève est assurée. A quatre, ils forment une fine équipe, s’entraident beaucoup, n’hésitant pas à lâcher ce qu’ils sont en train de faire pour donner un conseil avisé à l’un ou l’autre.

Sakura démonte patiemment une machine à café. L’intérieur, inaccessible même avec un entretien régulier, est plein de marc. Passer les circuits sous l’eau suffira-t-il?

Montrer la voie

Là où les quatre mousquetaires ne sont pas forcément tous d’accord, c’est sur la perception qu’ont les gens de l’obsolescence programmée: encore une question de générations? Pour Jean-Pierre, le fait d’être né avec internet et d’avoir l’habitude de tout obtenir en trois clics n’aide pas à être conscient des enjeux qui se trament dans la conception des objets. Bon, il nuance et reconnaît aussi que de plus en plus de jeunes viennent apporter un appareil, un vêtement, un jouet à réparer ou repriser. Et évidement, il ne boude pas son plaisir à être entouré de jeunes réparateurs et réparatrices dans l’âme… Parce que Sakura, ingénieure de métier, montre aussi une autre voie à suivre: on peut être femme et parfaitement à l’aise avec la technique et ses complexités!

Florent confirme, oui certains jettent à tout-va sans être conscients des conséquences sur l’environnement. Mais dans sa pratique, il voit aussi de l’amélioration: «J’ai dû démonté une machine à café dont la pompe était fichue. Le propriétaire, un jeune homme, a bien observé mes gestes. Il est ensuite allé dans une déchetterie, a trouvé une pompe – la pièce était impossible à se procurer – et a réparé l’appareil lui-même.»

Sakura abonde: «Réparer n’est pas sorcier. Il suffit de rechercher les tutoriels sur internet, et tout le monde peut le faire. Mais, oui, il faut de la patience.» Pour sa part, elle apprécie toujours de bénéficier de l’expérience de réparateurs plus expérimentés qu’elle. Comme Jean-Pierre.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)