113

Edito – Novembre 2018

31.10.2018, Laurence Julliard

Boîtes à embrouilles

Faut-il interdire les distributeurs à sucreries et sodas dans et aux abords des écoles? Oh, la vilaine question piège! La boîte importe peu, c’est ce qu’il y a dedans qui compte évidemment. La FRC est donc allée y mettre son nez et faire s’exprimer quelques élèves et membres du corps enseignant.

Rappelons le contexte: Fribourg est le premier canton à vouloir légiférer pour limiter la présence des automates dans les enceintes scolaires. S’inspirant de ce qui se fait en France, les députés songent ainsi à préserver les jeunes qui fréquentent les cycles d’orientation de tentations bien trop à portée de vue durant les pauses. Pourquoi donc l’école, qui prône pourtant des initiatives saines comme les fruits à la récré dans les petites classes et les repas Fourchette verte, placerait- elle barres chocolatées, chips et boissons sucrées dans les couloirs ou à côté des salles de gym chez les grands? La question mérite d’être posée. Des études montrent, primo, que la diminution de la consommation de junk food à l’école pourrait contribuer à limiter l’embonpoint des élèves et, deuzio, que les adolescents sont, de ce point de vue, une population sur laquelle il faut veiller davantage.

L’autre manière de voir les choses est de miser sur la prévention. Le Valais fait à cet égard figure d’exemple: les établissements secondaires ont trouvé avec l’Inter-profession des fruits et légumes du canton un partenaire qui approvisionne les distributeurs en pommes et en poires. En quinze ans, l’initiative a convaincu, et le nombre de «bons» distributeurs et de fontaines à eau a augmenté.

Notre enquête (lire pp. 12-15) a aussi permis de lister d’autres options que l’on qualifiera de compromis: placarder une pyramide alimentaire – incitative ou dissuasive pour un ado? – sur la vitre d’une boîte qui n’offre que des bonbons ou remplacer une partie de l’assortiment par des boissons sans sucre – avec ou sans édulcorants chimiques? –, sachant que même les eaux aromatisées n’ont pas les vertus de celle du robinet. Ces bonnes intentions ratent tout de même leurs cibles.

Contrairement à la France, la Suisse aujourd’hui ne dispose ni de taxe au sucre ni d’un étiquetage nutritionnel clair sur la face avant des produits (lire aussi p. 21) qui inciteraient les fabricants à plus de frugalité. Et en attendant? Le nombre des enfants et adolescents en surpoids diminue (leur proportion a régressé de quelques points, à 16,7% cette année contre 19,9% en 2005). Reste à faire en sorte que cette tendance continue. Après avoir introduit l’art d’utiliser les réseaux sociaux à bon escient, la nécessité de la douche après le sport ou l’importance d’une tenue correcte exigée, les parents sont priés d’aborder la question du snacking à l’école. Parmi les discussions qui ont lieu à la table familiale, pas sûr que la pomme soit, cette fois, l’objet de la discorde!

Sommaire

04 | Zoom
06 | Actualité
06 | Billetterie en ligne – la FRC sort l’artillerie lourde
07 | Ochsner – Tromperie à large échelle condamnée
08 | Lait équitable – Quelles options en rayon?
10 | Fromage – un choix immense… en apparence
11 | Objet trouvé – comment agir pour bien faire?
12 | Snacks à l’école – faut-il interdire les distributeurs?
16 | au quotidien
16 | Machine à pain – un artisan à domicile
18 | Plantes dépolluantes – plus décoratives qu’actives
19 | Photovoltaïque – nouvelles embûches
20 | Sécurité – des solutions face aux infractions
21 | Etiquetage nutritionnel
23 | Testés pour nous
24 | Planète frc
24 | La réflexion de…
25 | Nos combats
26 | La FRC vous répond
28 | La FRC vous défend
29 | Dans votre région
30 | A vous la parole

Lire FRC Mieux Choisir 113 au format e-paper

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre