Article : Chimiste cantonale

«Nous sommes soumis à une obligation de discrétion»

17.1.2023, Laurence Julliard et Sandra Imsand

Depuis le début de l’année, Alda Breitenmoser est la nouvelle présidente de l’Association des Chimistes cantonaux de Suisse (ACCS). Il s’agit de la première femme à la tête de cette institution fondée en 1909. L’Argovienne a à cœur d’approfondir la collaboration entre les cantons pour lutter contre les fraudes.



Qu’implique votre nouvelle casquette de présidente de l’ACCS?

Je représente l’association dans les différents organes de la Confédération. Les quatre autres membres du comité me soutiennent dans cette tâche.

Comment concilier cette fonction avec votre activité comme chimiste cantonale en Argovie?
Dans mon office, il y a des suppléants pour tous les domaines, je peux déléguer certaines affaires internes. Cela facilite l’exercice de ma fonction de présidente.

De l’alimentation au jouet, le champ d’activités des Chimistes cantonaux est vaste! Comment s’organise un service pour couvrir tous ces thèmes?

Pour un contrôle efficace, il est important que l’inspecteur ait une bonne connaissance du domaine. C’est pourquoi ces personnes sont issues de professions très diverses. De plus, l’échange régulier à l’interne du service et la formation continue sont importants pour se familiariser avec les nouvelles technologies et les systèmes de distribution les plus récents. Pour certaines thématiques spécifiques, comme le contrôle des emballages, les spécialistes d’un canton sont amenés à effectuer des contrôles dans d’autres régions. Il en va de même pour les personnes travaillant dans les laboratoires.

Photo de Alda Breitenmoser

«Les denrées périssables comportent plus de risques. Raison pour laquelle elles sont analysées plus fréquemment.»

 

Comment décidez-vous des thématiques traitées?

La législation définit la fréquence des inspections par catégories d’établissements. Ainsi, les restaurants doivent être inspectés au moins tous les deux ans. Dans le domaine de l’analyse, il n’existe pas de prescriptions minimales. Le risque que peut comporter un produit influence la décision de procéder à une analyse. Les denrées périssables sont ainsi analysées plus fréquemment. La faîtière de l’ACCS veille à ce que les inspections et examens soient effectués selon les mêmes principes dans tous les cantons.

Certains secteurs demandent-ils une vigilance accrue?

Dans la mesure où la branche alimentaire lance continuellement de nouveaux produits, les problématiques évoluent d’année en année. Pour choisir les campagnes d’analyse, les services cantonaux se basent notamment sur les résultats du système européen d’alerte rapide pour les denrées humaines et les aliments pour animaux (RASFF), sur les publications de nos homologues à l’étranger, mais aussi sur les produits problématiques lors d’analyses des années précédentes.
Les commissions Inspection et Contrôle des produits de l’ACCS coordonnent chaque année une campagne nationale qui traite de questions actuelles et pertinentes. Ainsi, en 2021, les Chimistes cantonaux ont examiné la mise en œuvre de l’autocontrôle en ce qui concerne la présence de la bactérie Listeria monocytogenes dans les entreprises de transformation des denrées. Puis ils ont analysé les joints de couvercles de bocaux de produits huileux; il était là question de transfert de plastifiants du contenant aux aliments.

«Les analyses ont révélé des contaminations de plastique dans les bocaux de pesto, tomates séchées, etc. Certains joints en PVC sont inadaptés.»

Pourquoi ne pas dénoncer nommément les entreprises ou produits incriminés lors de vos publications?

Parce que les personnes chargées de l’application de la législation sont soumises à une obligation de discrétion. Toutefois, si des produits dangereux pour la santé ont été remis à la population, nous fournissons ces informations dans le cadre de l’avertissement public.

Y a-t-il des amendes, des mesures dissuasives?

Dans le cas de manquements qui ont donné lieu à des contestations, le contrôle cantonal des denrées perçoit un émolument pour les frais qu’il a engagés. Mais ce n’est pas une amende. Les Chimistes cantonaux font usage d’amendes ou de plaintes pénales lorsqu’ils constatent des manquements graves et répétés, par exemple lorsqu’une entreprise ne parvient pas à maîtriser son processus de fabrication et que des germes fécaux sont détectés à plusieurs reprises dans les produits.

L’industrie est tenue d’opérer un autocontrôle… Malheureusement, on découvre des fraudes tous les jours. N’est-ce pas une posture un peu trop confiante?

L’autocontrôle que les entreprises doivent effectuer est une base importante de la législation. Elle a pour effet que les contrôles du Chimiste cantonal ne sont pas effectués de manière permanente et intégrale, mais en fonction des risques. Dans ce système de contrôle par échantillonnage, il est inévitable que l’un ou l’autre défaut ne soit pas découvert.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)