Enquête : Noël

Saumon fumé: notre jury lui a fait sa fête

Molécules indésirables dans les aliments

3.12.2013, Anne Onidi / Photo: zhekoss/shutterstock.com

La qualité gustative de ces produits industriels est relativement moyenne. Alors pourquoi ne pas vous fournir auprès des fumoirs artisanaux régionaux ? Reportage en terres vaudoises.



Pas un repas, pas un buffet sans qu’il ne soit de la partie. Facile à apprêter, il apporte ses arômes et ses couleurs aux réunions festives. Le saumon fumé, un mets fin jadis réservé aux élites, nécessite un véritable savoir-faire. Un rapide tour dans une grande surface suffit toutefois à prendre la mesure de la quantité de l’offre, entre marques de luxe et gammes de distributeurs à bas prix. Rien que dans les enseignes les plus fréquentées, nous avons relevé une bonne septantaine de produits, preuve que cette industrie est devenue synonyme de fabrication de masse.

Pesticides au menu

Les saumons d’élevage, tout comme d’autres poissons, sont au cœur de nombreuses polémiques. Surpopulation et pollution des piscicultures, utilisation de traitements chimiques contre les parasites, nourriture riche en pesticides: la liste des récriminations est longue. Sa chair étant grasse, elle est en outre un hôte idéal pour stocker les substances toxiques. Face à ce constat, le gouvernement norvégien a même recommandé aux jeunes et aux femmes enceintes de ne pas en manger plus de deux fois par semaine.

Dès lors, que disent les analyses des dix marques de saumon fumé sélectionnées pour notre test, tous d’élevages norvégiens, irlandais et écossais? Notre laboratoire a détecté la présence de polluants PCB dans neuf produits sur dix. Aucun ne dépasse les limites légales, mais même deux saumons bio de notre échantillon ne sont pas épargnés! Le saumon de Denner contient, quant à lui, une quantité quatre fois supérieure à la norme de méthoxychlore, un pesticide reconnu comme perturbateur endocrinien et banni depuis plus de dix ans. Quant à celui d’Aldi, il recèle des quantités élevées de benzoanthracène et de benzofluoranthène, cancérigènes et pourtant non réglementés dans l’alimentation, issus de la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Côtés papilles, nous avons demandé à trois experts de goûter nos saumons à l’aveugle, et dans un ordre différent. Ce jury était composé d’Olivier Hoppe, artisan fumeur aux fumoirs de Chailly (VD), de Christophe Liechti, pêcheur à Villeneuve (Pêcherie du Léman, VD), et de Yann Kerloch, cuisinier amateur et administrateur de Feelthefood. Après dégustation, leur verdict est plutôt mitigé, allant du moyen au très mauvais. Heureusement, deux produits sortent du lot: le saumon fumé d’Ecosse de Lidl et le saumon fumé bio maison d’Ecosse  proposé par Globus dans son rayon Traiteur.

Voir les résultats du test de 10 marques de saumon fumé

Articles sur le même sujet

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)