Article : Apiculture

Les abeilles sous observation

Pesticides

2.7.2013, Aline Clerc / Les butineuses ont besoin d’un menu varié en plantes mellifères. Photo: Ratikova/shutterstock.com

Si un plan d’action national étudiera les causes de leur mortalité, quatre molécules suspectes continueront néanmoins à être autorisées en Suisse.



On le sait: la santé de nos pollinisatrices est fragile. Les causes sont multiples, à chercher du côté des varroas, de féroces acariens qui déciment les colonies, des variations climatiques, de la densité urbaine, des monocultures et… de l’utilisation de certains pesticides. Après avoir rechigné à intervenir, le Conseil fédéral s’est enfin plié, ce printemps, à l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

Un moratoire de deux ans

Dès le 1er décembre, l’utilisation de la clothianidine, de l’imidacloprid et du thiaméthoxame sera limitée à deux ans. Car même à faible dose, ces trois pesticides néonicotinoïdes sont soupçonnés de perturber l’orientation et d’affaiblir la résistance des abeilles. «Le but de ce moratoire est de permettre d’évaluer la toxicité chronique sublétale de ces substances. Les protocoles d’évaluation sont en cours d’élaboration», indique Olivier Félix, de l’Office fédéral de l’agriculture. A noter que cette interdiction touchera uniquement les semences de maïs et de colza.

L’Union suisse des paysans (USP), même si elle soutient cette suspension, met en garde. Sa crainte? Que cette mesure n’améliore pas notablement la santé des abeilles, tout en affectant les cultures de colza, car les champs devront probablement être pulvérisés avec d’autres produits phytosanitaires. Ce qui aura in fine des impacts sur l’environnement… Pas de problèmes, en revanche, pour le maïs, grâce à la rotation des cultures. Quant à l’association Greenpeace, elle bourdonne de colère. Le 19 juin, le Conseil national a refusé d’étendre la suspension d’autorisation à quatre autres substances douteuses, qui ne sont pourtant plus utilisées par les pays voisins.

Reste que deux autres motions ont passé la rampe. A savoir l’adoption d’un plan d’action national pour déterminer les causes de la disparition des abeilles d’ici à fin 2015, sur la base de nouvelles études scientifiques, ainsi que l’objectif de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires d’ici à 2023.

Mieux doter la recherche

La FRC salue ces deux décisions, mais déplore l’occasion manquée d’analyser d’autres molécules potentiellement néfastes et pour lesquelles l’agriculture dispose de solutions alternatives. Enfin, que ce soit l’USP, les apiculteurs ou les scientifiques, un constat demeure: le manque de moyens mis à disposition du centre de recherche apicole d’Agroscope pour évaluer, en conditions réelles, l’effet des pesticides ou le manque de diversité de la nourriture des abeilles.

Articles sur le même sujet

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
28.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
29.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
30.10.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)
01.11.21Salon Goût et Terroirs Bulle (FR)