Hausse des prix et pénurie

Retour au sommaire

Le point en 5 questions

Actions de la FRC

Économiser des sous

Coûts de la santé

Mises en garde

Ce dossier est mis à jour régulièrement.

Le point en 5 questions

1. Quels sont les risques de pénurie énergétique à court terme?

Chargé de garantir la disponibilité des biens et services vitaux et de prendre des mesures en cas de pénurie, l’Office fédéral de l’approvisionnement économique du pays (OFAE) indique sur son site que l’approvisionnement énergétique est «dans une large mesure» assuré (voir l’analyse de la situation du 30 août). Toutefois, la Suisse étant dépendante de l’étranger sur le plan énergétique et la situation très tendue dans le secteur des produits pétroliers, les risques de pénurie d’électricité ont augmenté pour l’hiver prochain. La guerre en Ukraine continue également d’affecter le domaine du gaz.

GAZ

La Suisse ne disposant pas de réserves de gaz naturel, elle s’approvisionne sur un marché européen qui dépend fortement de la Russie. L’OFAE dit avoir les moyens nécessaires de faire face à une éventuelle absence de gaz russe en se tournant vers d’autres sources, notamment le gaz naturel liquéfié (GNL). Si elle ne possède pas de stocks de gaz, la Suisse dispose en revanche d’une réserve obligatoire de mazout extra-léger servant de substitut en cas de pénurie grave. Dans un tel cas, les détenteurs d’installations bicombustibles pouvant fonctionner à la fois au gaz, au mazout ou à d’autres combustibles, sont appelés à utiliser cette réserve. Celle-ci permet de couvrir les besoins pendant 4 mois et demi et de réduire la consommation de gaz pendant cette période pour détendre la situation. Vu l‘effet de la guerre en Ukraine sur lensemble des chaînes dapprovisionnement européennes, l’OFAE note que «sil devait savérer impossible de reconstituer les stocks européens de gaz au cours de lété 2022 que ce soit par des mesures fondées sur le marché, ou des mesures autres, la situation en matière dapprovisionnement pourrait devenir critique à lhiver 2022/2023.»

ÉLECTRICITÉ

Dans ce secteur, les risques de pénurie et les prix augmentaient déjà avant l’invasion de l’Ukraine, venue accentuer cette situation. La sécheresse et le manque de neige l’hiver passé ont aussi grevé la capacité de production hydraulique. Les travaux s’accélèrent donc pour pouvoir faire face à un manque possible (réserve hydroélectrique et centrales à gaz bicombustibles) à l’avenir, en particulier l’hiver prochain. En raison de l’indisponibilité de la moitié du parc nucléaire français, source d’une part importante du courant habituellement importé par la Suisse en hiver, la sécurité de l’approvisionnement tiendra également à la capacité de l’Allemagne et de l’Italie à exporter en Suisse. Bien que ces deux pays soient fortement dépendants du gaz pour leur production d’électricité, les importations pour l’hiver prochain restent une option réaliste. D’autres dispositions sont aussi en discussion au Parlement pour prévoir une aide aux entreprises indispensables au fonctionnement du secteur électrique si celles-ci venaient à être en danger. Un crédit-cadre de 4 milliards a d’ailleurs été alloué le 6 septembre à Axpo par le Conseil fédéral pour garantir que l’entreprise ne manque pas de liquidités.

PÉTROLE

Ici encore, la Suisse est dépendante de ses importations depuis l’Union européenne. Or, la plupart des pays de l’UE importent du pétrole brut et des produits pétroliers depuis la Russie dans des proportions variées. Surtout, comme l’Union européenne, la Suisse a décidé de se passer de la quasi-totalité des produits pétroliers russes d’ici la fin de l’année. Selon l’OFAE, grâce à lautorisation dun découvert provisoire dans les réserves obligatoires, lapprovisionnement de la Suisse en produits pétroliers est pour linstant assuré, mais la situation est très tendue (état 30.08.2022).

2. La Confédération prend-elle des mesures pour contrer la hausse du prix des énergies?

Des mesures de soutien sont à l’étude au niveau fédéral: un groupe de travail interdépartemental a été mis en place, lequel «examine les champs d’action possibles de la Confédération sous l’angle des éventuelles mesures à prendre, de leur financement et de leurs conséquences.» Reste que ce groupe de travail n’a rien publié à ce jour et que, outre une campagne de sensibilisation aux économies d’énergies lancée fin août, aucune mesure de soutien n’est actuellement prévue. Ceci alors que les demandes d’aides se multiplient et que la situation suscite de fortes craintes du côté de la population comme des entreprises. Pour limiter les effets de ces hausses de prix en l’absence de mesures, la FRC recommande à chacun la mise en place des écogestes présentés dans ce dossier.

3. Risque-t-on une pénurie alimentaire?

Non. Le Département fédéral de l’économie a indiqué que la Suisse était peu dépendante de l’Ukraine et de la Russie dans le domaine alimentaire. Ainsi, rapportés au volume total des importations par produit, seuls 2% des céréales, 4% des fourrages et 4,5% des huiles et graisses végétales importés en Suisse proviennent de ces deux pays.

4. Quels effets indirects peut-on craindre dans le domaine alimentaire?

Certaines organisations, comme les producteurs de porcs espagnols, ont demandé d’assouplir les exigences concernant les résidus phytosanitaires pour l’importation de maïs du Brésil et d’Argentine en remplacement aux importations d’Ukraine et de Russie. La mise en place d’un système visant à faciliter le remplacement de l’huile de tournesol ukrainien par d’autres matières grasses dans les aliments transformés a également été discutée en Suisse ainsi que dans les autres pays européens.

En outre, le contexte économique global affecte les coûts de production dans le domaine agricole. Ainsi, la hausse du prix des engrais, des machines et des énergies risque fort de se répercuter sur les prix, quand ce n’est pas déjà le cas. Ceci même si l’Union suisse des paysans (USP), la Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC) et Swissmilk estimaient dans un communiqué au mois d’août 2022 que sur 900 millions de surcoût, 300 millions n’étaient pas encore couverts dans le domaine des céréales panifiables et du lait.

5. Quelles conséquences sur le prix de l’essence?

Déjà avant mars 2022, le prix du baril de Brent (pétrole brut de mer du Nord) s’envolait en raison de la forte demande liée à la reprise économique. Bien que le pétrole russe ne représente que 10% des produits pétroliers commercialisés en Suisse, la guerre en Ukraine a accentué l’envolée du prix du baril selon Avenergy. Il avoisinait les cent dollars en août 2022 soit 40% de plus qu’il y a deux ans à la même époque de l’année.

Certains spécialistes estiment qu’une augmentation de dix dollars du prix du baril résulte sur une hausse de dix centimes par litre d’essence à la pompe. Car celui-ci ne dépend pas uniquement du brut. Grossièrement, il peut être décomposé comme suit:

  1. Prix du produit négocié sur le marché de Rotterdam et influencé par le cours du dollar (USD)
  2. Coûts de raffinage, de transport et de distribution
  3. Marge commerciale
  4. Impôt et surtaxe sur les huiles minérales (76,82 centimes pour l’essence sans plomb et 79,57 centimes pour l’huile diesel)
  5. TVA (7,7%)

Ainsi, le prix du pétrole n’influence que la partie hors taxes et hors marge du prix à la pompe. Le bas niveau du Rhin, qui amoindrit actuellement la capacité de transport des produits pétroliers par bateau, pousse par exemple aussi les prix à la hausse. Au vu de ces paramètres multiples et complexes, il est très difficile de savoir si les prix pratiqués sont justifiés ou non. Raison pour laquelle la FRC plaide pour davantage de transparence dans la façon de fixer les prix à la pompe, ainsi que pour une enquête de la Commission de la concurrence (Comco) sur la formation des prix de l’énergie en Suisse.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)