Article : Etiquetage nutritionnel

Des plats précuisinés meilleurs que leur réputation

Pour un étiquetage nutritionnel simplifié et unique

14.4.2019, Barbara Pfenniger

Quelque 74 préparations ont été passées à travers le filtre du Nutri-score. Plus de la moitié se révèlent de bonne à très bonne composition. Explications



La FRC a passé 74 plats précuisinés à travers le filtre du Nutri-score, cet indicateur de la qualité nutritionnelle des denrées. L’évaluation montre que plus de la moitié arborerait un indicateur vert, démontrant que bon nombre de ces préparations sont finalement meilleures que leur réputation le laisserait supposer. Ces nouvelles données démontrent tout l’intérêt de mettre en place un système d’étiquetage simplifié et compréhensible, susceptible de faciliter les achats.

La sélection de 74 plats tout prêts concerne des repas d’inspiration traditionnelle (36), asiatique (22), ainsi qu’italienne et espagnole (16), commercialisés chez les principaux distributeurs, Migros et Coop. Tous ont été passés au Nutri-score, le système français qui évalue la qualité globale d’un aliment en tenant compte de la teneur en sucres, graisses saturées et sel, mais aussi des fruits et légumes, des fibres et des protéines. Au final, 19 plats de tradition, 13 plats asiatiques et 10 plats méditerranéens affichent des scores de très bon à bon (A-B).

Les 74 produits notés (pdf)

Dans un contexte où le consommateur ne peut que se montrer méfiant face à des aliments ultratransformés dont la composition reste peu lisible, ce résultat réjouira le client qui les achète déjà. Il serait toutefois préférable qu’il puisse se faciliter la tâche en magasin en se fiant simplement à un étiquetage sur la face avant de tous les emballages. Le Nutri-score, bien établi et éprouvé en France, participe justement à améliorer la qualité du panier d’un ménage, notamment celui des personnes pressées, des jeunes et des petits budgets.

Fabricants priés de montrer l’exemple

La situation est en train de bouger. Parmi les bons exemples figure Danone qui a introduit des produits portant le Nutri-score sur le marché suisse. Mais d’autres, comme Disney qui développe son propre label nutritionnel, entretiennent la confusion. L’étiquette doit permettre de choisir des produits de meilleure qualité nutritionnelle. Or la multiplication de systèmes contradictoires perdent les consommateurs. Les entreprises doivent réaliser qu’il ne s’agit plus de savoir si une étiquette simplifiée doit figurer sur la face avant des emballages, mais s’ils veulent être la cause d’une véritable cacophonie. Le résultat de cette évaluation sur les plats précuisinés montre surtout que les fabricants suisses devraient avoir le courage d’être artisans de plus de transparence en adoptant le Nutri-score.

Front commun en Suisse

La facilité du choix d’un achat grâce au Nutri-score permet aussi de faire face aux problèmes de santé majeurs causés par la malnutrition. Une vingtaine d’organismes et de professionnels de la santé se sont joints à la FRC, au SKS et à l’ACSI, ainsi qu’à l’Alliance ONG Alimentation, Activité physique, Poids corporel, pour porter leurs revendications communes auprès de l’industrie agroalimentaire. Tous estiment que le Nutri-score peut apporter une contribution significative à une alimentation plus équilibrée.

Acteurs suisses unis
Association des diététiciens genevois, Association obésité de l’enfant et de l’adolescent, Association suisse des diététicien-ne-s, Association suisse pour l’étude du métabolisme et de l’obésité, Fédération Fourchette verte Suisse, Fondation suisse de cardiologie, Ligue suisse contre le cancer, Médecins de famille et de l’enfance Suisse, RADIX Fondation suisse pour la santé, Santé publique Suisse, Société suisse de cardiologie, Société suisse de gastroentérologie, Société suisse de médecine interne générale, Société suisse de nutrition, Société suisse de pédiatrie, Société suisse des médecins-dentistes, Swiss Medical Students Association, Swiss Vitamin Institute, Swiss Society for the Study of Morbid Obesity and Metabolic Disorders, Nathalie Farpour-Lambert, médecin responsable du programme Contrepoids au HUG, présidente European Association for the Study of Obesity, Roger Darioli, professeur honoraire de l’UNIL.

Plus d’infos: Alliance ONG Alimentation, Activité physique, Poids corporel

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre