Article : Au fil du mois

Coup de chapeau, bonnet d’âne

12.3.2019
Mise à jour le 29.04.2019

Des hauts et des bas, au fil des semaines...



Coup de chapeau

 

  • A Pathé, qui a offert quatre invitations à titre de dédommagement à un détenteur du Pass illimité, alors que la chaîne n’est pas tenue de le faire. Le client n’avait pas pu profiter de son abonnement suite à un arrêt médical de six semaines.

  • A la Droguerie Morgenthaler, à Delémont, qui a fait parvenir à un client une commande assortie d’une enveloppe contenant 15 fr. Le produit était au tarif de 94 fr. 50 sur le site, mais le magasin avait une promotion en cours à 80 fr.

  • A Interio, pour avoir honoré des bons-cadeaux d’une valeur de 300 fr. pourtant échus depuis 2015.

  • A Nikon Suisse, qui a procédé à la réparation et à l’envoi gratuit d’un appareil photo datant de 2013. Après six ans de bons et loyaux services, le reflex présentait un défaut de miroir. De plus, la réparation s’est faite en un temps record.

  • Au tour-opérateur destinations.ch, qui a remboursé un repas pitoyable et immangeable, payé lors d’une réservation. Le voyagiste a rendu cash les 120 fr. de la prestation plus un dédommagement de 80 fr. L’alternative était un bon-cadeau de 300 fr. à faire valoir sur un prochain voyage.

Bonnet d'âne

  • A Aldi, qui annonçait dans son tous-ménages de fin février une perceuse-visseuse très avantageuse dès le lundi 25 février. Le client, se présentant à l’ouverture du magasin de Sion, s’est entendu répondre que tout avait déjà été vendu. Il était 8 h 12!
  • A Coop, pour une promotion qui n’en était pas une au mois de mars. Le vinaigre balsamique coûte d’ordinaire 6 fr. 80 les 500 ml au rayon condiments, soit 15 ct. de moins que le tarif promotionnel annoncé sur une affichette «Actuel». Une erreur d’impression qui ne profite évidemment pas au client.
  • A Cornèrcard, pour une drôle d’offre de parrainage. En recommandant une personne comme nouveau client, on est récompensé. Ne voyant rien venir, une personne, qui avait consciencieusement rempli la petite rubrique permettant de gagner 70 fr., s’est renseignée. La société a répondu que la récompense tombait à partir de la 4e recommandation, ce qui n’est mentionné nulle part.

 

  • A Phonelook, un site d’accessoires pour téléphones, dont la campagne d’affichage vue à Yverdon (VD) est déplacée. L’image met en scène un tout petit enfant, smartphone collé à l’oreille et penché sur un ordinateur avec le slogan: «Bartholomé, 3 ans, achètera ses coques sur Phonelook».

 

  • A Migros, qui commercialise un jambon de poulet bio, certes dans un emballage qui comporte x% de plastique en moins, ce qui est très bien, mais dont la composition contient… du sucre.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre