Article : Pressing

A deux doigts de la faillite pour une erreur tactique

En matière de vêtements, la FRC vous va comme un gant

4.12.2012, Photo: Sébastien Féval

Refuser de reconnaître une erreur peut coûter bien plus qu’un simple dédommagement. Un pressing de Martigny l’a vécu à ses dépens.



«J’ai confié mon duvet nordique à un pressing de Martigny pour qu’il le lave. Lorsque je suis allée le chercher, sa garniture était agglomérée en boules dures. Je l’ai donc laissé pour qu’il soit de nouveau traité.  Hélas, le résultat était pire: les boules étaient certes moins grandes, mais le duvet était déchiré à plusieurs endroits, laissant échapper des plumes. Le pressing n’assume aucune responsabilité dans cet incident. Quels sont mes droits?»
Marie-Thérèse Destino

Il vaut mieux confier le nettoyage d’un duvet à un professionnel. Néanmoins, toutes les enseignes ne se valent pas… Lucilla Croquelois, spécialiste textile de la FRC, ne rate jamais une occasion de rappeler à quel point la formation du personnel est un sujet sensible dans cette branche (lire FRC Mieux choisir N° 53). Etant donné le défaut manifeste occasioné durant le nettoyage, notre experte s’est tournée vers le pressing incriminé pour tenter de trouver une solution. Rien n’y a fait.

Dans un premier temps, un courrier a été envoyé à l’enseigne, réclamant le versement d’une indemnité raisonnable pour couvrir le dommage. La correspondance est restée lettre morte. Une poursuite a alors été engagée contre elle, avec un commandement de payer notifié au propriétaire, réclamant le paiement de 300 francs pour le duvet, plus les frais. Là encore, silence radio. Puisque le pressing n’avait pas fait opposition au commandement de payer, la FRC a demandé à l’Office des poursuites de continuer les démarches. Le commerçant a donc reçu une commination de faillite, à savoir un avis qui notifie au débiteur qu’il risque la faillite s’il ne paie pas.

Ne désirant pas en arriver à cette extrémité, la FRC a convenu avec Marie-Thérèse Destino de donner une dernière chance au débiteur pour lui éviter la mise en faillite. Elle lui a écrit en ce sens. Or, comme il n’a pas saisi cette opportunité, une requête de faillite a été adressée au Tribunal de district de Martigny-Saint-Maurice. L’avance des frais étant toutefois très élevée, la requête a été retirée, et il a été décidé d’attendre pour voir venir.

Quelques jours plus tard, l’Office des poursuites a versé un montant de 626 francs sur le compte de la FRC, soit plus du double de la somme réclamée initialement pour réparation. S’il s’était ouvert à la discussion, le débiteur aurait pu s’éviter de payer son erreur si cher. Moralité: même lorsqu’on se sait en tort, il vaut la peine d’essayer de négocier avec l’autre partie plutôt que de rester silencieux.

Devenez membre

Notre association tire sa force de ses membres

  • Vous obtenez l’accès à l’ensemble des prestations FRC
  • Vous recevez notre magazine FRC Mieux choisir
  • Vous pouvez compter sur notre équipe d’experts pour vous défendre
Devenez membre

Interpellation des grands distributeurs

 
Nous demandons aux distributeurs

  • cesser le marketing agressif sur les fraises, mais également sur d’autres denrées hors saison, que ce soit en rayon ou dans les différentes publications destinées à vos clients (catalogues, magazines, journaux, newsletter, etc.) ;
  • renoncer à disposer les fraises espagnoles aux endroits stratégiques de vos points de vente, à savoir en face de l’entrée, sur des ilots dédiés, ou en tête de gondoles ;
  • ne pas recourir à des mises en scène pour vendre la fraise hors saison (à savoir jusqu’en avril), en l’associant par exemple à de la crème et des tartelettes. Une demande valable aussi pour d’autres denrées, comme les asperges du Pérou associées à de la mayonnaise, viande séchée ou autre ;
  • indiquer clairement, de manière bien visible et transparente le pays de provenance ainsi que les noms des producteurs de fraises importées, que ce soit sur les affichettes qui accompagnent ces fruits en rayon, dans les publicités ou sur le dessus des barquettes ;
  • ne plus utiliser de formulations qui peuvent induire en erreur le consommateur sur la saison de la fraise en Suisse. Une demande valable pour la mise en rayon, ainsi que toute publication ;
  • être en mesure de prouver toute allégation de durabilité concernant l’assortiment.

Les dates de la tournée romande #Ramènetafraise

29.05.21Marché de Boudry (NE)
01.06.21Marché de Neuchâtel (NE)
02.06.21Marché de La Chaux-de-Fonds (NE)
04.06.21Marché de Fleurier (NE)
05.06.21Gare de Lausanne (VD)
12.06.21Gare de Genève (GE)
08.06.21Place fédérale (BE)
12.06.21Marché de Delémont (JU)
15.06.21Gare de Delémont (JU)
19.06.21Marché de Fribourg (FR)
27.09.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
28.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
29.08.21Festi’Terroir Genève (GE)
29.08.21Objectif Terre Lausanne (VD)
09.09.21Semaine du goût Sion (VS)
25.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
26.09.21Concours suisse des produits du terroir Courtemelon (JU)
05.10.21Les Jardins du Flon, à Lausanne (VD)
16.10.21Epicerie fine Côté Potager, à Vevey (VD)