FacebookTwitterPrintMail Tri

Compost et pelures
07.07.2015

«Dans FRC Mieux choisir d’avril, vous parliez des agents chimiques utilisés pour faciliter le transport et la conservation des mandarines. Selon vos dires, ces produits peuvent être considérés comme inoffensifs, car ils ne migrent pas dans la partie comestible des agrumes. Du coup, est-il judicieux de mettre de tels déchets au compost?» Jacques B.

La plupart des spécialistes conseillent de mettre les pelures d’agrumes au compost, mais c’est une question d’échelle. Certes, les Communes encouragent généralement le recyclage de ces déchets, car la quantité de fongicides à la surface n’est pas si élevée dans le volume global du compost. Dans le compost familial, chacun fait comme bon lui semble, selon sa consommation.

Autre argument, ces substances chimiques se dégraderaient avec le temps. Ainsi, les fongicides n’altéreraient pas le compost, pour autant qu’on prenne soin de couper ou de déchirer les pelures en morceaux.

Comme pour toutes les matières à composter, il faut veiller au bon équilibre entre les matières ligneuses (brunes) et humides (vertes), et aérer régulièrement le compost en le mélangeant. La proportion de résidus de fruits (agrumes, tropicaux) ne doit pas dépasser 5% si ce dernier est simplement déposé en tas en bordure d’un champ, chose devenue plutôt rare.

Les seuls éléments déconseillés dans tous les composts, ce sont les plantes envahissantes (la renouée, la grande-berce, l’ambroisie), les mégots, les litières d’animaux carnivores, le contenu des sacs d’aspirateur et les balayures. D’autres points varient selon le système de compostage communal (restes de repas cuits) et selon l’expertise du composteur privé.

Pour en savoir plus sur les déchets organiques: energie-environnement.ch

B.P.

Article précédent

Article précédent