FacebookTwitterPrintMail Recyclage

Batterie versus force du mollet
29.09.2015

«Dans un récent numéro, vous donnez des conseils pour bien choisir un vélo électrique. Qu’en est-il du recyclage de la batterie?» Marie Paule J.

Le recyclage des batteries des vélos électriques est financé via une taxe anticipée de recyclage (TAR) de 20 fr., obligatoirement incluse dans le prix d’achat du véhicule. Tout comme les piles, les batteries des vélos électriques sont considérées comme des «déchets spéciaux». A ce titre, elles doivent être ramenées au magasin ou à un point de collecte. Il est donc interdit de les jeter avec les ordures ménagères.

Les accumulateurs au plomb, au nickel-cadmium et au lithium-ion sont envoyés à des entreprises spécialisées, principalement à l’étranger, pour être valorisés. Actuellement, le lithium n’est malheureusement pas récupéré. Il finit en général dans du béton, contribuant ainsi à la raréfaction de cette ressource et accélérant l’extraction des matières premières.

A cela s’ajoute l’exploitation des gisements et des carrières d’où sont extraites les matières premières nécessaires à la production des batteries, laquelle pollue l’environnement et pose particulièrement problème dans le cas du lithium, dont les ressources sont très limitées. Comme vous le voyez, des efforts conséquents restent à faire dans ce domaine. En matière de vélo, la seule technologie entièrement verte reste donc… la force du mollet!

L.A.

Article précédent

Article précédent