FacebookTwitterPrintMail Sécurité alimentaire

Alimentation: quels OGM sont autorisés en Suisse?
14.01.2014

Pourriez-vous me dire si la vente de produits contenant des OGM est autorisée en Suisse?

La réponse est « oui, mais ». Il doit s’agir d’OGM (organismes génétiquement modifiés) autorisés pour la consommation humaine. Actuellement, seuls quatre d’entre eux bénéficient d’une autorisation, dont un soja. Les OGM qui sont contenus dans un produit doivent toujours être mentionnés sur l’étiquette. Certaines vitamines sont actuellement produites par des bactéries génétiquement modifiées; ces vitamines ne sont pas des OGM, mais ont été produites en recourant au génie génétique. Plusieurs sont autorisées. Vous trouverez la liste des autorisations sur le site de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

Un OGM autorisé, dont la concentration est inférieure à 0,9%, n’a pas à être déclaré. Notre pays tolère des résidus d’OGM non autorisés si la quantité ne dépasse pas 0,5%. En revanche, la culture de tous les OGM (même ceux autorisés à la commercialisation), en vertu du moratoire existant.

En achetant de la viande – de la volaille et du porc en particulier – ou encore du lait ou des œufs, il n’est pas possible de savoir si l’animal a consommé du fourrage contenant des OGM. Si le produit est suisse, il est probable que l’animal n’a pas consommé d’OGM. Les agriculteurs suisses renoncent volontairement à donner ces soja et maïs génétiquement modifiés. Dans le cas de la viande importée, la probabilité qu’il en ait consommé est cependant plus élevée.

En Suisse, comme les consommateurs boudent les produits à base d’OGM, ils ne sont presque pas vendus, sauf dans certaines circonstances. C’est le cas de certains fitness qui importent des barres de céréales directement des États-Unis, où la loi n’oblige pas les fabricants à déclarer la présence d’OGM (c’est alors illégal chez nous). La situation en Europe est assez semblable où la plupart des pays renoncent à cultiver des OGM, sauf que le fourrage OGM pour animaux y est largement importé (ce qui n’est le cas de la Suisse).

voir aussi les articles suivants:


Article précédent

Article précédent