FacebookTwitterPrintMail Expérience

Soyez acteur de votre santé!
01.12.2016

La FRC a challengé les visiteurs du Salon Planète Santé Live en leur proposant un jeu de rôle. Retour sur une expérience ludique et néanmoins très sérieuse à Lausanne.

Pour apprendre à dialoguer avec son médecin ou son pharmacien, quoi de mieux qu'un jeu de rôle? – Aude Haenni

Pour apprendre à dialoguer avec son médecin ou son pharmacien, quoi de mieux qu'un jeu de rôle? – Aude Haenni

«Je vous le dis en off, vous n’êtes pas obligée de dire la vérité. Vous êtes fumeuse? Eh bien, répondez non. Et si vous avez eu une grave opération, là aussi, il vaudrait mieux éviter de le mentionner.» Malhonnête l’assureur ? Assurément, ce n’est pas comme cela qu’on conseille de remplir un questionnaire de santé! La cliente – fictive – s’en est rendue compte au moment de signer le contrat. D’autres auraient pu se faire avoir. Tout comme cette situation aurait pu se dérouler dans la vraie vie.

Pour le coup, il ne s’agissait en effet que d’un jeu de rôle, proposé au stand de la FRC, lors de la deuxième édition du Salon Planète Santé Live qui se déroulait du 24 au 27 novembre 2016 sur le site de l’EPFL. Dans la peau d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un assureur, deux improvisateurs ont mis les visiteurs dans des situations plus ou moins complexes. Un défi ludique apprécié par beaucoup, selon Sam, l’un des comédiens. «Une fois que les personnes ont accepté de s’asseoir, elles sont prêtes à jouer, et prennent du plaisir.» Comme Carole et Anne, deux étudiantes en pharmacie ayant tiré la carte «demander la pilule du lendemain», qui ont trouvé l’idée sympathique.

Bien plus qu’un simple jeu, ces différentes scènes inspirées du quotidien ont surtout permis de pousser la réflexion sur l’importance du dialogue entre soignant et soigné, et le rôle actif que doit prendre ce dernier dans la relation. «On se sent dans le vif du sujet, on se représente des situations qui pourraient arriver», soulignent les jeunes visiteuses. «On est justement là pour discuter, poser les bonnes questions, ajoute Juan, l’improvisateur. Il faut oser et arrêter de se fier à des sites comme Doctissimo où l’on trouve des informations qui ne sont pas fiables.»

Voir plus loin

Sam se réjouit de cette opération et des nombreux retours positifs. «Quelqu’un m’a confié qu’il avait osé s’exprimer sur des choses qu’il n’aurait jamais pu dire à son médecin. Et un jeune m’a affirmé qu’il ne se ferait plus jamais avoir avec un assureur. Cela fait chaud au cœur.» A la fin de l’expérience, chaque «patient» recevait un petit carnet, offrant des pistes pour dialoguer avec les différents acteurs de la santé. Dans le monde réel cette fois-ci.

 

Le carnet #Masanté est offert à l’achat de la Boussole du patient en vente dans notre boutique.

Aude Haenni

Tous unis

La table ronde autour de la surmédicalisation, à laquelle participait la FRC faisait écho aux jeux de rôle proposés sur le stand. Les points cruciaux à retenir? Avoir confiance en la relation patient-médecin, oser partager et poser les bonnes questions pour prendre sa santé en main. Que l’on parle de surmédicalisation ou non, «le but est de faire une bonne équipe», a résumé Joy Demeulemeester, responsable politique de la santé à la FRC.