FacebookTwitterPrintMailAutomobile

Pas d’indemnisation pour les clients européens: et les suisses ?
25.11.2015

Volkswagen a affirmé le 25 novembre qu’il ne dédommagerait pas les propriétaires européens de voitures concernées par le scandale des logiciels truqués. Les Suisses sont-ils concernés?

shutterstock.com

shutterstock.com

Le constructeur VW a affirmé mercredi 25 novembre qu’il n’y aurait pas de compensation financière pour les propriétaires de véhicules équipés de moteurs truqués en Allemagne. Sa décision, qui fera très probablement l’objet d’oppositions au cours des prochaines semaines, devrait s’étendre à toute l’Europe. Aux Etats-Unis au contraire, les clients des 480’000 voitures concernées recevront une compensation de 1000 dollars et une assistance gratuite de trois ans en cas de panne. Que peuvent espérer quant à eux les Suisses touchés par le problème?

 


Les explications de la responsable droit et politique de la FRC Florence Bettschart:

«Le groupe allemand évoque la présence minoritaire des voitures diesel aux Etats-Unis ainsi que le prix plus élevé de leur achat et de leur carburant pour justifier qu’il indemnise les Américains et non les Européens. Or en cela, le marché suisse est plus proche du marché américain que de celui de l’Union européenne. Le diesel n’y est pas majoritaire – 24% des voitures suisses roulaient au diesel en 2014, selon l’Office fédéral des statistiques – et le prix de ce carburant plus élevé que celui du sans-plomb (1,528 contre 1,497 selon les chiffres du TCS à la mi-novembre).

«Par ailleurs, nous avons entamé des négociations avec Amag, représentant de Volkswagen en Suisse, négociations qui se sont déroulées dans un climat agréable. Amag importe et commercialise les produits de plusieurs entreprises en Suisse : il tient à conserver une image positive. Nous n’avons donc aucune raison de penser qu’il fermera la porte aux discussions que nous comptons poursuivre autour de la convention d’indemnisation que nous lui avons envoyée, en demandant réponse au 7 décembre».