FacebookTwitterPrintMail Alimentation

Des OGM cachés dans l’assiette
05.02.2013

Les cultures transgéniques sont interdites en Suisse. Toutefois, certaines denrées contiennent des OGM, ne serait-ce qu’indirectement, sans que leur présence soit signalée.

Maïs

Seules trois variétés de maïs OGM et une de soja sont autorisées dans l’alimentation en Suisse. Photo: mihalec/shutterstock.com

L’année 1996 a marqué un tournant, puisque c’est à cette date que les premières variétés transgéniques de maïs et de soja ont débarqué sur les étals américains. Depuis, les surfaces consacrées à l’agriculture OGM ont été multipliées par 94 dans le monde, pour atteindre 160 millions d’hectares en 2011 – dont 69 millions rien qu’aux Etats-Unis. Parmi les cultures génétiquement modifiées les plus massives, le coton, dont 82% de la production mondiale sont transgéniques, est suivi du soja (75%), du maïs (32%) et du colza (26%). Ces chiffres sont en constante progression.

En Suisse, les plantes dont l’ADN a été manipulé ont mauvaise presse, et le Parlement a, en décembre dernier, prolongé jusqu’en 2017 le moratoire sur leur culture. Mais cette interdiction se cantonne au territoire helvétique. Les importations de denrées végétales génétiquement modifiées sont autorisées sous certaines conditions.

 Lire la suite...

Aline Clerc, Barbara Pfenniger et Elisabeth Kim

La version complète de cet article est réservée aux abonnés : se connecter

Abonnez-vous au magazine

et accédez à l’intégralité de nos archives


Inclus, pour 60.- par an :

  • 10 numéros de FRC Mieux choisir
  • Accès complet au site frc.ch
  • Accès à la Permanence juridique

 

Ou accédez uniquement à cet article :
 

payement simple et rapique

  • postcard
  • ou cartes de crédit